11/07/2018

SAUVETAGE DE LA FAMILLE TRADITIONELLE svp Piaget, Dolto, Freud et les autres ?

UDF affiche 1 222067_10150160513787217_4871927_n.jpgSAUVETAGE DE LA FAMILLE TRADITIONELLE svp13312907_849632518513586_3546779380798159083_n.jpg


 

 

 

 

 

 

Pour le bien des enfants : Que penseraient Piaget, Dolto, Freud et les autres ?


L’adoption ( il y a plusieurs adoptions et la PMA GPA ...)n’est pas facile, nous savons qu’un enfant dans son évolution passe par plusieurs stades importants pour sa vie. Le Pédagogue Jean Piaget, La Psychanalyste Françoise Dolto, le Psychiatre Sigmund Freud et les autres… ont expérimentés ou expliqués ces étapes. Par exemple :


Selon Piaget il y a plusieurs périodes d’imitation déjà dans la petite enfance mais aussi en plusieurs étapes jusqu’à l’âge adulte.
Vers 2 ans c’est la petite adolescence (l’âge de l’amélioration du langage et l’expérimentation du non). Et la période de latence d’un enfant selon Freud (jusqu’à environ 10-12 ans où il vit sa vie uniquement sentimentale et non sexuelle). Le complexe d’Œdipe (le garçon veut se marier avec sa mère).
L’adolescence, période de révolte contre l’autorité (on dit même tuer le père !) et trouver son indépendance.
La sociabilité qui selon Dolto nous montre ce que vit l’enfant dans son être intérieur.
Bien sûr il y les théories du « prince charmant » qui influencent les filles, leur image masculine, en observant les relations même de leur père et mère dans l’enfance, etc …

Ce sont des stades normaux.25182_1216571894473_1097090_n.jpg


Comment vont faire les enfants adoptés (ou fabriqués par La GPA PMA ) par des couples homos ? Ou par le partenaire si l’un (le vrai parent biologique) est décédé comme le suggère la votation future ? Comment trouver son identité quand il n’y a pas de père ? Ou pire pas de mère ? Quelles images l’enfant peut-il observer dans la vie de tous les jours ? Elles sont très importantes ! Le père est celui qui protège et aussi il est symbole d’autorité. La mère est celle qui materne et nourri. Si on essaye volontairement de changer cela, il y aura des révoltes et des blessures dans l’identité. On ne ment pas aux enfants la biologie est immuables. Et l’âme très fragile. Ils savent tôt ou tard ce qui se passe. Des modèles autres existent mais est-ce suffisant ? Il y a un « malaise d’identification des parents ». Chacun a une tendance plus forte masculine ou féminine et un genre. C’est ce que recherche un enfant pour se construire en opposition ou en imitation.

Oui pensons aux enfants ! Ils ont besoin de la complémentarité homme-femme. Et c’est difficile de jouer un rôle qui n’est pas le nôtre ou d’avoir 2 mères, ou 2 pères. Il y a un manque affectif malgré tout l’amour donné. Les enfants d’homosexuels veulent observer et vivre cela. On a entendu leurs témoignages une fois adultes. Que de souffrances affectives !!! Et souvent refoulées.
Sylvie RG  Nurse-éducatrice

safe_image famille.jpgPour la famille traditionnelle que faire ?36868176_472506223170745_5011188899750346752_n.jpg XVM83191dc4-2a5f-11e7-b91d-560b5f714086.jpgvote.jpg

 

democratie directe21586669_475589036153722_6984650190216713071_o.jpg

 

Manif 648x415_rassemblement-manif-tous-paris-2-fevrier-2014-paris.jpg

 

12806138_10205971859995631_6895830315594610970_n.jpg

10:53 Écrit par Sylvie RG dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | |

Commentaires

Vous êtes sûre que vous ne visez pas un peu trop haut par rapport à vos moyens ? On dirait l'inconscient d'hommelibre qui s'exprime sur votre blog...

Écrit par : poum-poum-poum | 12/07/2018

Répondre à ce commentaire

Je ne comprends pas !

Écrit par : Sylvie RG | 27/07/2018

Répondre à ce commentaire

3 ou 4 commentaires?


Sul l'exemple "ans volonté de le donner"éduque… Madame Nurse-éducatrice...

Evangiles, ne "pas courir après les titres"!

Enfin, samedi jour des courses, balades ou randonnées mais, par expérience il m'est possible de dire de mes commentaire lequel ne passera pas.
Jamais le pire…!!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/08/2018

Répondre à ce commentaire

MERCI pour l'encouragement. Madame Myriam quel est votre métier ? L'expérience est bonne ä dire pour ettayer ses sujets délicats ... Et même un danger pour notre société parfois égocentrique, hélas ...

Écrit par : Sylvie RG | 11/08/2018

Répondre à ce commentaire

Madame Sylvie,

Ma formation fut la même que le vôtre mais pour les enfants cas sociaux.
Malheureusement il ne m'était pas possible de rencontrer un enfant dit cas social sans chercher ses parents absents, "manquants", du regard comme source première possible de ses troubles: climat, ambiance familiale, statut social, etc. sans être alors psychologue c'est-à-dire en risquant de marcher sur les plates bandes du psychologue maison. (La Bible tellement stupidement décriée aujourd'hui présente un exemple saisissant de telles plates bandes lorsqu'Ismaël signifie "il pense" rit ce qui est la signification du nom d'Isaac "il rit". Sara, la mère d'Isaac non d'Ismaël voit le danger (héritage, notamment) d'une rivalité entre les deux garçons et par Abraham fait chasser dans le désert Ismaël et sa maman Agar!)

Le tout début de mon choix de profession fut la lecture de Chiens perdus sans collier, Gilbert Cesbron, mais l'auteur pas éducateur sur le terrain idéalisait le climat entre éducateurs, directions… parfois... en maisons ou foyers d'enfants.
Une rencontre me tourna vers la psychanalyse mais un obstacle me priva des locaux envisagés (mère de trois enfants) dans la maison de famille.
Je renonçai donc aux premières cures contrôlées, me tournai vers le féminisme des années septante puis le yoga.

Deux illuminations.
Les CEMEA où l'on apprend à aborder les enfants non à partir de programmes pré préparés mais à partir de leurs centres d'intérêt… donc en ayant pris la peine de faire leur connaissance avant tout (Centres d'Entraînement aux Méthodes d'Education Active

Arthur Janov qui explique pourquoi l'abréaction (le retour en mémoire d'un traumatisme) est insuffisante.
Il faut que la personne repasse également par le ressenti du traumatisme ce qui peut être extrêmement douloureux.

Un enfant abusé sexuellement par son père.
Pour un exemple.
Il faut que l'enfant devenu adulte en cure entende et revive à nouveau ce qui se passait: la porte du salon se fermer... lui, le petit, déjà dans son lit.
Le pas de l'adulte dans l'escalier-
La poignée de la porte… puis le dégoût, la révolte, l'impuissance…

Mais le retour en mémoire peut remonter jusqu'au jour de l'accouchement (thérapie primale, Janov Le cri primal) avec le revécu de la souffrance qui peut durer de trop longues heures du passage de l'enfant dans la filière pelvienne naissant ensuite franchement sur le moment "plus mort que vif"!

Puis les traumatismes suivant jusqu'à l'âge de sept ou huit ans plus particulièrement.

Tous, nous avons besoin d'infiniment d'amour et d'attention.

Combien de très jeunes femmes excitées à fond sexuellement croient ressentir une passion pour un homme qui, en réalité, au fond de leur inconscient, sans le savoir, appellent à l'amour ainsi qu'aux bras d'une maman autour d'elles!
Un homme… l'attention des siens, de son papa… quand il parle...

Bon dimanche.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/08/2018

Répondre à ce commentaire

Très intéressant comme réflexion

Écrit par : Sylvie RG | 12/08/2018

Répondre à ce commentaire

Pour la lecture quotidienne de la Bible (un Psaume au milieu de la Bible par exemple) me parle en douceur Dieu nous parle (le St Esprit) Il est un Père et une Mère et place vers nous des fréres et sœurs dans l'église. Simple ... Pour tous.

Écrit par : Sylvie RG | 15/08/2018

Répondre à ce commentaire

Tout juste, Madame Sylvie.

N'en demeure pas moins plus ou moins gratifiante la rencontre en paroisse entre frères et sœurs sans oublier la parole selon laquelle il vaut mieux avoir affaire à Dieu qu'à ses saints.

La tablée, repas commun partagé à midi à prix plus qu'abordable, comme en une paroisse proche, rencontre un vrai succès.
Préparé par des paroissiennes toutes les six semaines, environ.

Mais le relationnel est toujours et encore à revoir et corriger responsables comme simples paroissiennes et paroissiens.
Comme en un jardin… les mauvaises herbes repoussent toujours.

Ne concernant jamais que les autres.
Excellent exercice d'assouplissement.

Bonne soirée à vous sous les étoiles… à chaleur tempérée retrouvée avec bonheur et bien-être.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15/08/2018

Répondre à ce commentaire

MERCI

Écrit par : Sylvie RG | 16/08/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.