09/10/2017

COMMENT FAIRE ? Le coût des caisse maladies augmente encore ...

Keystone_Staatskunde_Foederalismus.pngUne mauvaise nouvelle de Berne : et quelques solutions ...


10446295_323489194528497_342045357004842715_o.jpg

 

 

 

 

 

 

Le coût des caisses maladies augmente encore !

Le système suisse a des avantages : la liberté d’entreprise (voilà pourquoi les entreprises viennent en Suisse) mais pour la santé ça va trop loin ! Les coûts sont de 31,5 milliards ! Il y a en moyenne 5% d’augmentation encore cette année 2018. Une catastrophe pour beaucoup ! Comment faire pour réduire les ces coûts ? D’après le PDC il y a un gaspillage de 20 % (6 milliards) Je suis allé au débat de la RTS Infrarouge en octobre avec plusieurs acteurs de la santé. Les questions ont étés directes :

-Pourquoi les Médecins spécialistes sont-ils payés 2 ou 3 fois plus que les Généralistes ? (exemple : enlever un grain de beauté 300 CHF et un Généraliste 80 CHF) Il y a trop de Spécialistes les Généralistes sont moins chers. Il ne faut pas courir chez les spécialistes pour un mal de dos ou aux urgences aussi !

-Aller faire des soins à l’étranger est une idée mais cela ne favorise pas les emplois en Suisse. Ces soins ne sont pas remboursés actuellement par nos caisses. Leur matériel médical est 4 fois moins cher que chez nous en Suisse (et pour bien d’autres choses encore !)

-Les médicaments font 20% des frais médicaux. Pourquoi sont-ils si chers ? (et moins chers à l’étranger, il y aurait une étude à faire). 50% sont de ceux qui soignent les cancers par exemple sont inefficaces et même inutiles (étude faite en Angleterre)

-Une idée : réduire le coût des médicaments (car là il y a aussi des injustices) Pour nous l’assurance devrait être en fonction du revenu 9% avec un plafond bien-sûr (ce n’est pas une dime mais une aide aux soins)

A Berne 4 initiatives sont en préparation :   Pour surveiller les lobbys. Contribution fédérale (les cantons le font déjà eux-mêmes) Faire une caisse unique par canton (qu’est-ce que cela peut bien changer ?) La gauche propose une à 10% du revenu maïs pas encore affinée. On ne peut pas mettre la faute sur les assurances, il faut avoir des fonds de réserve (et la mode est de changer trop facilement d’assurance !). Un nouveau système de tarification est prévu en 2018. Le mieux est de s’informer des coûts, effets secondaires, etc… des médicaments. S’informer des initiatives, les faires signer pour pouvoir voter. Avec sagesse : Jacques chapitre 1 verset 25 dit : demandez la sagesse et elle vous sera donnée sans reproche. C’est notre responsabilité.

Sylvie Ruffieux-Guignard UDF-Genève ( Vous avez des idées ? udf.geneve@gmail.com )Email.gif

07:58 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Le problème n'est pas résolu du tout. Il faut chercher des solutions. Qui en a ?

Écrit par : Sylvie RG | 09/10/2017

Répondre à ce commentaire

Vous êtes caustique !

Écrit par : Monsieur Preskovitch | 09/10/2017

Répondre à ce commentaire

Si le problème n'est pas résolu du tout, c'est qu'il est peut-être mal posé! L'une ou l'autre solution ne va que mettre des emplâtres sur une jambe de bois. Si le problème date de plusieurs années, c'est qu'il y a des malfactions à la base.
Actuellement, les solutions proposées se basent sur des démarches économiques. Or, il faudrait une réflexion bien plus panoramique. Ce qui est effarant, c'est le fait que lorsqu'il s'agit de commerce, on calcule la relation coût-efficacité et pas ici où il s'agit aussi du commerce de prestation versus le service d'actes médicaux.
Ainsi donc, quand il s'agit de calculer des primes, on ne revoit pas la dimension efficacité du système mais seulement sa dimension financière. Cela tombe sous le sens et, pourtant, personne ne réclame à grands cris de repartir à la base, à savoir du patient, de la maladie, de la façon de concevoir les thérapies et la formation des thérapeutes.
La science académique s'est éloignée du bon sens et des connaissances qui ont donné leurs preuves pendant longtemps. Le peuple y revient gentiment, à voir l'engouement pour les médecines complémentaires. Malheureusement, l'académie de médecine ne veut pas en savoir grand-chose et les politiciens les suivent.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 09/10/2017

Répondre à ce commentaire

Rendre à nouveau l'assurance maladie facultative. N'avoir qu'une obligation sur l'hospitalisation incluant l'accident.
De plus en plus de gens s'écartent de la médecine conventionnelle, donc aucune prestation pour tous ceux qui se soignent différemment, sans médicaments et autres prestations "dangereuses"; la fréquences des mammographies par exemple.

Un peu le principe du "pollueur-payeur"; ceux qui veulent, ils paient en conséquence, mais pas sur le dos des autres dont les primes ne sont plus supportables dans leurs budgets.

Écrit par : Corélande | 09/10/2017

Répondre à ce commentaire

Effectivement, Corélande, on ne parle pas assez de cette possibilité de fragmenter l'obligation en ne l'exigeant que pour l'hospitalisation, voire l'accident.
Il faudrait lancer une initiative pour que le peuple corrige l'erreur d'avoir imposé une assurance globale, avec les résultats qui approchent de plus en plus de la catastrophe.
Pour ceux qui se soignent différemment, les économistes de Santésuisse vous diront avec un ton qui se veut aimable que vous pouvez souscrire une assurance complémentaire. Evidemment, les assurances ont alors tout à gagner puisque, pour cette option, elles sélectionnent les bons risques, qu'elles peuvent en faire des bénéfices et, qu'en plus, les cotisations s'ajoutent à celles de l'assurance obligatoire.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 10/10/2017

Répondre à ce commentaire

Je ne blâme absolument pas les gens qui ont besoin ou veulent des médicaments. Mais pour d'autres ceux qui se soignent différemment, la franchise maximum 2500 est intéressante, c'est sûrement pour cela que berset voulait la supprimer d'ailleurs.
Car c'est déjà une économie de Fr. 1'500 par année sur les primes. Puis ce n'est pas systématique de puiser dans cette économie, car si vous n'allez pas chez le médecin, ce montant reste dans votre poche.

Par ailleurs, je ne comprends pas les gens qui se précipitent chez le médecin pour une grippe ou un petit mal saisonnier. Imaginez rien que les microbes dans une salle d'attente. Certainement qu'en évitant le rendez-vous chez le médecin, mais en se soignant avec des plantes et chez soi le mal sera moins profond et le temps de guérison nettement plus rapide.

Qu'une majorité prenne conscience qu'on peut se soigner différemment. Qu'avant de confier son corps à un étranger, on peut apprendre à se connaitre et répondre par des actes simples à ce que le mal-nous-dit.

Écrit par : Corélande | 10/10/2017

Répondre à ce commentaire

Bravooo ... Et des vaccins stupides, traitements préventifs, radios inutiles ( ils l'ont dit à Infrarouge) ou scanners aussi, visites pendant la grossesse ( la grossesse n'est pas une maladie !) et la ponction du liquide amniotique qui est dangereux pour le bb. Avortements...

Écrit par : Sylvie RG | 11/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.